Découvrir Ecuelles     La mairie     Enfance     Vie locale     Bibliothèque     Urbanisme  
 

Histoire
Ecuelles en chiffres
Monuments
Venir à Ecuelles
Plan de la ville

Téléchargez
l'Ecuellois
Juin 2017

anciennes parutions

Ecuelles - Circuit promenade, l'aqueduc de la Vanne

 
Onglet Plan d'Ecuelles Onglet Aqueduc de la Vanne Onglet La céramique Onglet Le port Onglet Piketty Onglet Chateau le Charmier Onglet La racle Onglet suite / La cressonniére
 

L'EAU DE PARIS

Au début du 19è siècle, la distribution de l'eau à Paris était précaire, insuffisante et polluée.
"L'eau de Paris doit être comme le pain, de première qualité. Il ne convient plus de distribuer de l'eau trouble, tiède ou désagréable au goût… Pour que l'eau distribuée soit fraîche et limpide, il faut qu'elle soit prise aux sources mêmes, ne pas voir le jour et sa température subir le moins de variation de la source au robinet du consommateur…" ainsi le Baron Haussman réussi, en 1859, à convaincre le Conseil de Paris d'acheter des sources à plus de 100 km de Paris et de construire un aqueduc pour ramener cette eau à la Capitale.

Ecuelles - Aqueduc de la Vanne à Ecuelles - Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Aqueduc de la Vanne à Ecuelles

DESCRIPTION

L'aqueduc collecteur a pour point de départ la grande Source d'Armentières (voir encadré) située à 111 mètres d'altitude ; c'est un ouvrage de 173 km de longueur.

 
La dénivelée entre le point de captage (source d'Armentières) et le réservoir de stockage, situé à Paris dans le bassin de Montsouris (*), est de 31 mètres.
Sur les 156 km d'aqueduc principal, la pente est de 10 cm de hauteur pour 1 km de longueur.
Les eaux sont conduites en 70 heures, par simple gravité, de la source jusqu'au stockage.
Les vallées sont franchies au moyen de siphons.
Ainsi, des eaux "d'une limpidité parfaite, d'une température constante de 11 à 12°C, gardées à l'abri de toute altération" circulant dans un tuyau dont la section initiale permettait le passage de 130 000 m3 par jour (ou 1500 l/s) sur 173 km, passant par 17 km de siphons nécessaires et empruntant 14,5 km d'arcades : tel est ce grand ouvrage, décrété le 19 décembre 1866, sur les plans de l'illustre ingénieur Belgrand, achevé officiellement le 12 août 1874 et constamment perfectionné à partir de 1879.
Un autre des grands projets initié par le Baron Haussman a donc été réalisé.

(*) Bassin de Montsouris : situé dans des anciennes carrières souterraines au sud de la Capitale, c'est un bassin de 256 m de long, 136 m de large, complètement édifié en maçonnerie de meulière et ciment, à près de 30 m de profondeur.
C'est le plus grand bassin couvert au monde dont la surface est de 3 ha et près de 250 000 m3 d'eau y sont stockés sur deux étages, divisés chacun en deux parties égales, formant ainsi 4 bassins indépendants.

 
 

SOURCES D'ARMENTIERES

Ecuelles - la Fontaine de l'Etain - Cliquez sur l'image pour l'agrandir
"la Fontaine de l'Etain"

Les eaux émergent de la craie à la limite des alluvions de la Vanne, au pied d'un coteau crayeux, à la côte 111 mètres environ.
Ce captage présente un intérêt géologique car les diaclases (conduits naturels formés par la dissolution progressive de la craie) permettent de voir la façon dont l'eau circule.
Les travaux de captage commencèrent en mai 1867 pour se terminer en décembre 1871.

Imprimer cette page

Quelques chiffres :

  • 460m de galeries (H 3.50m x l 1.50m) creusées, 230m de galeries maçonnées
  • 2 000m3 de déblais évacués à la main
  • 1600m3 de coffrage
  • 1000t de silex, gravillons, sable et ciment amenés à la main
  • 900 journées de compagnons, charpentiers et maçons, 10 000 h de manœuvres
Anecdote : pendant que 40 ouvriers creusaient les galeries, 40 autres devaient pomper pour évacuer l'eau que fournissaient les sources ; des litres de vin étaient distribués en "prime spéciale" pour… travail dans l'eau !
Ca ne s'invente pas.